Voiliers de travail
LI - LZ
           Lia-no – Grande pirogue à voiles de l'île Rossel (Papouaisie – archipel de la Louisiade) de 10 à 12 mètres de long. Le mât est droit et porte une voile oblongue à deux vergues dont la supérieure est fixée en tête de mât et fait pratiquement un angle à 45° avec lui. Le gouvernail est un grand aviron de plus de 2 mètres  - cf. no.  (Neyret, NEP74) Liburne - n.f. - syn. liburnica, liburna, nave longa (latin). 1. La liburne est la galère type de la marine romaine du 1er siècle avant JC. Bien que très courante à l'époque, il est difficile aujourd'hui d'en fixer exactement les caractéristiques, comme l'indique le texte de l'abbé Anthiaume reproduit ci-dessous. 2. Elle est généralement décrite comme une galère birème de quarante mètres de long pour cinq mètres de large, avec une voile carrée et munie d'un éperon. Elle avait deux lignes de six rameurs de chaque côté. Elle était munie deux ponts, le pont supérieur servant à la protection des hommes, et d'une tour de commandement à la proue. Elle doit son nom aux habitanst de la Liburnie qui étaient d'habiles constructeurs de navires de ce type. La coque était faite de bois de cyprès, de pin domestique et de sapin et l'utilisation de clous d'airain était préférée au fer pour des raisons de corrosion. Elle était gouvernée par un aviron latéral. 3. Plus tard la liburne a désigné un petit bateau de la mer Ionienne. La marine en possédait encore en 1870.  dans les textes - "La liburne antique était longue, étroite, peu élevée au-dessus de l'eau et manoeuvrée par des rames. Il semble qu'elle ne pouvait avoir deux rangs de rameurs superposés l'un à l'autre. C'était le bâtiment de guerre national des Romains. Les auteurs du temps le décrivent différemment. Certains lui attribuent un mât et une voile, une longueur de 30 m. environ sur 4 ou 5 m. de largeur, une jauge de 80 à 100 tonneaux, et un équipage de 120 à 160 hommes. Lucain (Pharsale, liv. III), au premier siècle de notre ère, affirme que les liburnes sont pourvues de deux rangs de rames (1). Appien, au IIe siècle, mentionne dans son livre de la guerre en Illyrie les navires légers et rapides des Liburniens, et, selon lui, les Romains donnent le nom de liburniennes à leurs plus agiles birèmes. Végèce (De re Militari, lib. IV, cap. XXXIV), au IVe siècle, parlant de la construction des liburnes, veut qu'elles soient faites surtout de cyprès, de pin domestique, de sapin et de larix (2). Pour Ethicus, les liburnes, créées d'abord pour la course par les pirates illyriens ou libyens, sont aussi des navires de commerce. Elles sont bien faites et rapides comme le dromon. Zosime (Ve siècle) déclare que les vaisseaux liburniens, marchant aussi vite que les pentecontores, étaient moins grands que les anciennes trirèmes. Isidore de Séville (VIIe siècle) tient à peu près le même langage que Ethicus. Et Suidas (Xe siècle) ajoute que ce sont des navires de guerre bâtis, non comme des trirèmes, mais comme des vaisseaux corsaires, solides, pontés et allant à grande vitesse”. (Abbé Anthiaume, 1912) Lichier – Petit caboteur hollandais du 19e siècle.    (Bonnefoux) Ligneur - Nom générique des bateaux de pêche utilisant des lignes à main, des palngres, des lignes de traîne ou des cannes. Lignum - Bateau provençal du Moyen-Age.  (Murat, Macaire)   Lin orth. linh - Vaisseau de mer du Moyen-Age, cité par Froissart.   Il y avait à priori plusieurs types de ces embarcations marseillaises du 14e siècle, portant plus de 50 tonnes :  le linh d’orles, le linh de bande et le linh de tière. (Cleirac, Murat)            Lincodo – Très grande pirogue zaïroise monoxyle pouvant porter 200 hommes, décrite par le père Fournier en 1643.    Lintre - Bateau monoxyle utilisé par les pirates allemands de l'Antiquité. Il pouvait emporter jusqu'à une trentaine d'hommes.  Il semble que les gaulois en aient aussi utilisé selon Virgile.   (Valturio, 1555) Lipa  var. lipa-lipa. -  - Pirogue de Tawi-Tawi, île de l'archipel philippin de Sulu, utilisée comme houseboat par la tribu nomade des Bajau. Elle est creusée dans un tronc d'arbre avec un petit bordage sur les flancs. La pirogue est pontée porte une cabine. C'est la longueur du tronc qui détermine la longueur du lipa. On peut ainsi avoir des lipas qui vont jusqu'à 18 mètres de long (dimensions moyennes : 11 x 1.80 m). Ce qui distingue le lipa des autres pirogues de l'île est sa proue proéminent. (Kerchove)   dans les textes : "bien que les cabines des lipas varient, elles ont un certain nombre de traits communs. Les plus grandes que j'ai vu, faisaient 12 m de long, 1.7 m de large et 1 m de haut ; les plus petites 1.8 m de long, 1.2 m de large et 1 m de haut. La cuisine est faite dans un chaudron qui est disposé sur le foyer situé sur le pont à l'arrière du lipa.  Tous les instruments de la cuisine sont à cet endroit avec une jarre chinoise en poterie. L'avant du lipa est dégagé." (Arlo Nimmo) Lippee-lippee   – Pirogue australienne de la région de Port-Essington dans la péninsule de Coburg. Il fait d'une seule feuille d'écorce, renforcé avec d'autres feuilles entrecroisées au fond. Ses flancs sont renforcés par un plat-bord en lattes. Huit personnes peuvent embarquer sur cette pirogue de 6 mètres de long et 60 cm de large. (Kerchove) Liquette  Barque du Rhône équipée d’une marotte. (Duron)   Lisi – Pirogue en planches avec des extrémités relevées, des îles Salomon. Sa structure est basée sur des lattes insérées.  (Kerchove)         Liuto – Petits caboteurs du 19e siècle, signalés par Baugean , opérant entre Livourne et Florence. et sur la côte italienne entre Gênes et Naples. liuto    Llaku - var. Tsuku no fune. - Désignait dès le 1er siècle des navires marchands japonais de grosse capacité. (Turnbull) Llaüt  - Tartane de petite taille (12 à 15 mètres pour une vingtaine de tonnes) à un mât à antenne, très penché sur l'avant. La coque se caractérise par une quille parallèle au pont, à laquelle s'ajoutent deux petites quilles de bouchain pour permettre le halage à terre. La poupe est effilée et l'étambot est quasiment vertical et a même une quête un peu inversée sous la flottaison. Le gouvernail relevable est à barre franche, dépasse sous la quille, faisant office de dérive. Le gréement comporte une voile latine sur une antenne plus longue que le navire et un foc ou polacre. Ce bateau était très commun à Majorque au 19e siècle.  (Vallat, Burlet) Lo – Pirogue monoxyle à un seul balancier de l'île d'Eromanga dans le sud des Nouvelles Hébrides, ressemblant au niu. (Kerchove)  Loch Fyne skiff – Bateau de pêche de la côte ouest écossaise (dimensions moyennes :LHT: 9 à 12 m, B: 3 à 4 m, C: 1,50 m). A l'origine, ils étaient construits à clins et pontés sur l'avant avec deux bancs à l'arrière. Ils avaient un mât avec une voile au tiers et un foc volant sur un petit bout-dehors. Le mât est placé dans une sorte de caisson, ce qui permet de l'enlever éventuellement. Les plus récents sont construits à franc-bord, complètement pontés avec une cale à poisson au milieu et ont adopté un moteur.      (Kerchove)  loch Fyne skiff Lodia orth. ladiya, lodiya ; lodgie, lotkey, loddy (ang.). - Voilier de la Mer Blanche à l'étrave arrondie, à l'arrière à tableau surmonté d'une cabine. Il a trois mâts. Les deux premiers sont gréés au tiers, l'artimon est à corne. Il y a en plus un beaupré et une voile de flèche. Ses dimensions moyennes vont de 12 à 20 m. de long, pour 3,30 à 6 mètres de large et 2,40 à 4 mètres de creux.         (Kerchove, Brindley)     lodia (A. Cherini) Lodje orth. lodja. - Petit bateau de charge fluvial de la Baltique, connu en Russie dès le 13e siècle, à fond plat, non ponté, marchant à la rame (rarement à la voile) et ne dépassant pas les 12 tx. Il était armé par trois ou quatre marins. Ses principales implantations sont les ports de Lübeck, Hambourg et Riga. D'origine russe, on le retrouve aussi en Suède sous une forme un peu différente. Le type suédois est décrit en 1607 comme pouvant emporter 160 hommes et deux mois de provision. Il avait 12 paires d'aviron    (Buisson, MM71-3) Lodka - étym. du russe "petit bateau" - Bateau à rames du bas Ienisseï en Sibérie. Il est à fond plat, aux extrémités pointues et une tonture importante. La coque, qui peut atteindre 7 mètres, est grossièrement construite avec des planches chevillées en bois.   (Kerchove, Brindley)          Lodsbaad – Palangrier norvégien de pêche au large.    Log canoe  long noselog  canoe - Canoë pointu à voile de la baie de Chesapeake, utilisé pour la pêche et les huîtres. Ce bateau est construit à parti de quatre ou cinq pièces monoxyles issues de troncs de sapin évidés, puis assemblés par boulonnage. Ils ont tous une dérive centrale et portent un ou deux mâts avec des voiles en oreille de lièvre (voile triangulaire). Leur taille varie de 8 à 12 mètres pour une largeur de 2 à 3 mètres avec un tirant d'eau de 30 à 60 cm. Le franc-bord, comme chez tous les bateaux de la baie de Chesapeake, est faible : de 30 à 50 cm. On distingue deux variétés de log canoe. Le poquoson ou type de Virginie (dit encore cunner ou kinoo), a un avant élevé et un seul mât avec voile en tête de mât et une voile d'avant (dimensions moyennes : LHT: 11 m, B: 2,30 m). Ce bateau se différencie du Maryland log canoe par un bouchain plus marqué et une meilleure stabilité. Le pocomoke ou type de Maryland, dans lequel les flancs sont rehaussés de bordages en planches pour augmenter la stabilité sous voiles. Il a deux mâts gréés en cat-boat. Il est un peu plus court que le poquoson. (Kerchove, CM54)     Logger syn. zeillogger - Bateau de pêche de la Mer du Nord, gréé en ketch par les allemands et les hollandais. La coque a une quille droite, un étambot vertical et un arrière en forme d'ellipse. Elle est pontée à l'avant et à l'arrière. Ses dimensions varient dans la fourchette 24-32 mètres de long (largeur entre 5,50 et 7 mètres) pour un tonnage de 70 à 200 tx. L'équipage varie entre 10 et 14 hommes.   (Kerchove)  Loi – Pirogue monoxyle à balanciers de l'île de Wetar (Petites îles de la Sonde, Indonésie), similaire au bero.  (Kerchove)  Loireau – Bateau fluvial de la Loire au 19e siècle. (PP13)           Londhe syn. liendi - Pirogue monoxyle à balancier des îles Sangi et Talaur (nord-est des Célèbes), munie d'un mât.           Londre n.f. - orth. Londra (Italie) -  Nom donné au 18e siècle à une espèce de petite galère de l'Adriatique, montée par 12 hommes au commerce. (Kerchove)                Long Island scallop boat – Bateau de pêche développé pour le dragage des coquilles, du fait de l'interdiction d'utiliser les  bateaux à moteur pour cette pêche. Leur longueur varie de 6 à 15 mètres pour un tirant d'eau inférieur au mètre. Il est gréé en cat-boat ou en cotre et a généralement une petite cabine à l'arrière.  (Kerchove)            Long nose Ojibway canoe - var. ojibway long-nose canoe. - Canoé indigène du nord-ouest du Lac Supérieur au Canada spécialement conçu pour être utilisé pour la récolte du riz sauvage. Il se caractérise par des extrémités allongées et arrondies (dim. moyennes : L 4.5 à 4.9 m, B 0.86 m, C 0.39 m) (Greenhill) long nose Ojibawy canoe (DR) Longboat   1.     Terme générique anglais désignant l'embarcation la plus grosse emmenée sur un vaisseau. C'est l'équivalent de notre chaloupe. Il sera remplacé sur les bâtiments anglais par les launches. 2.     Bateau à voile de service, ponté, dans les arsenaux anglais. Longboomer – Nom parfois donné à des cotres anglais (comme le Plymouth longboomer) ayant des bômes allongées pour porter plus de toile. (Bethel) Longuette - Bateau fluvial français.  (Berna)            Lopi – Pirogue à balancier de Sumbawa (îles de la Sonde, Indonésie).   (Kerchove)         lorcha (DR) Lorcha  n.f. - syn. bai-ao-shiao. – orth. lortcha.     1.  Jonque de la région de Bangkok, spécialisée dans le franchissement des barres pour apporter le riz aux navires chargeant sur rade (1). La coque est fabriquée en teck et en camphre, avec des lignes occidentalisées caractérisées par un gaillard et une poupe, une étrave droite et un arrière à tableau. Elle est peinte en rouge, à l'exception des extrémités peintes en jaune. Elle porte trois mâts avec des voiles lattées et un bout- dehors. Les lorchas les plus grandes peuvent emporter 200 tonnes.     2. Dans les années 1850-60, on donnait le nom de lortcha, dans la région de Canton, à des barques légères et rapides, ayant une coque de genre occidental, mais gréés à la chinoise. La marine française en utilisa neuf en 1861. note : (1) D'autres auteurs lui voient une ère d'utilisation s'étendant à toute la mer de Chine. (Kerchove, Duron, Jal)    Loude orth. lood, loud. - Bateau de pêche typique du golfe de Sfax (Tunisie), copié en plus petit sur le cârèbe, puisque qu’il ne dépasse pas les quatre tonneaux  (dimensions moyennes : L: 11,30 m, B: 2,60 m, TE: 0,50 m). Il est gréé avec un ou plus rarement deux mâts très inclinés en arrière. Le mât principal porte une voile quadrangulaire tenue par une vergue faisant penser à une voile au tiers. Pour tenir, il a un long étai frappé sur l'étrave Le mât avant, dont l'emplanture est près de l'étrave, a une petite voile triangulaire transfilée sur lui. La quille est interrompue dans la partie milieu pour permettre un échouage en douceur et le gouvernail est démontable.   (Duron, Buisson)            Loughfoyle yawl – syn. skerries yawl. – Bateau nord-irlandais non ponté propulsé à la rame ou à voile, utilisé pour la pêche côtière. L'arrière est pointu et il est gréé avec deux voiles à livarde et un foc. Sa longueur à la quille est de 8 mètres pour une largeur de 2 mètres.   (Kerchove)  Lougre - cf fiche. Lougre clinquart – Bateau gréé en bourcet-malet de Calais.  (Duron)      Lozzu –  var. ozzo, luzzu. - Bateau de pêche maltais du 19e siècle, encore présent jusqu'en 1981. C'est un pointu avec une proue surmontée d'un capian, l'étrave et l'étambot étant verticaux. Il était manœuvré à la voile, rarement à la voile. Le fond est plat avec une quille. Il est ponté uniquement aux extrémités. Leurs dimensions étaient de 3 à 4.5 m de long avec un bau de 1 à 1.5 m. Avec la motorisation, la longueur s'est légèrement augmentée pouvant aller jusqu'à 7.5 m. Certains auteurs le rapprochent du farella. (Wikipedia) Luampo - cf corial. Lubec carry-away boat – cf. quoddy boat. Lugger - cf lougre. Luhe-jolle – Bateau ventru de l'embouchure de l'Elbe, aux extrémités rondes, gréé en cotre. Ses dimensions sont dans la fourchette de 10 à 14 mètres de long, 3,50 à 5 mètres de large et 1,10 à 1,50 mètres de creux, ce qui donne un tonnage variant de 7 à 17 tx. (Kerchove)   Lump Allège lourde et courte, utilisée dans les chantiers anglais pour les transports lourds vers les navires à flot. (Smyth)                Lung-julung – Petite pirogue à balancier de la côte nord de l'île de Madura (Indonésie).  (Kerchove)           Lurker – Bateau non ponté, de Cornouailles, utilisé pour repérer les bancs de pilchard. Il est gréé avec une petite voile à livarde. (Kerchove)  Lurkie – Petit bateau à tableau arrière avec une voile au tiers toujours à poste, du sud des îles Orkneys. Ce bateau porte le nom de sooie dans le nord des Orkneys. (Kerchove)   
Voiliers de travail - (c) tous droits réservés 2016-2018 - contact : dossiersmarine@free.fr