Voiliers de travail
KA - KN

Kaba – Pirogue à balancier de Flores (îles de la Sonde). Leur longueur

moyenne est de 8 à 9 mètres pour une largeur de un mètre.

Kabang

orth. kebang. - Pirogue de pêche utilisée par les Selungs (peuplade de l'archipel Mergui (Birmanie). La coque est basée sur un tronc évidé avec un avant en forme de fourche et l'arrière rond. Les flancs sont surélevés avec des tiges de palmier étroitement liées entre elles et calfatées avec des fibres de palme. Le pont est partiellement ponté en bambou. Le mât amovible est tenu par deux haubans et un étai arrière, et porte des voiles au tiers faites avec des feuilles de palme tressées. Ses dimensions moyennes sont de 8 à 11 mètres de long pour une largeur de 1,5 mètres et un creux de 1 mètre. kabang (DR)

Kaep     

– Pirogue de guerre monoxyle à balancier des îles Palau (dimensions moyennes : 11 mètres pour 35 centimètres de large et un mètre de creux). Elle a aussi un gréement micronésien classique.

Kabekl  

- Pirogue de guerre monoxyle à balancier des îles Palau de 16 à 19 mètres de long, propulsée à la pagaïe. Elle est armée pat 48 à 58 rameurs.

Kahn

– Chaland de mer à fond plat aux extrémités arrondies, très ventru, originaire de la basse Weser (Allemagne). Le bordage est à clins et les deux écoutilles d'extrémités sont triangulaires. La capacité peut varier de 8 à 125 tonnes. Ils sont gréés en ketch avec une voile carrée non enverguée ou en cotre, et portent tous des dérives latérales.

Kai - var.  ka'ji, isja

- Grande piroguue monxyle du lac Sentani en Nouvelle-Guinée occidentale (Indonésie) conçue pour être utilisée par les femmes et les enfants. (Greenhill)

Kaiouk

– Bateau fluvial du nord de la Russie et de La Sibérie (dimensions moyennes : L : 15 à 24 m, B : 3,50 à 5,20 m). L'étrave est recourbée, l'étambot droit, la tonture est très marquée. Le gréement est fait d'un mât à voile carrée. La propulsion peut se faire aussi à l'aviron.

Kajjiki – Bateau de travail maltais du 19e.

Kairyoo kawasaki

Sampan japonais de l'île de Hokkaido, gréé en goélette avec une misaine-goélette, une grand'voile aurique et une grande voile d'étai. Il comporte une dérive centrale. Ses dimensions moyennes sont de 12 mètres de longueur hors-tout pour 2,70 mètres de large avec un creux de 0,80 mètre. Il a généralement un équipage de 6 hommes, et peut naviguer à la rame.

Kakap jeram

 - Bateau de pêche malaisien de la côte de Selangor (dimensions moyennes : 4 x 2,30 x 1 mètres). Ce bateau se caractérise par une figure de proue à l'avant et un arrière décoré. Une fargue faite de bambous fendus en deux et de feuilles de palmier est fixée sur les extrémités des membrures. Le gouvernail est un long aviron. A l'avant on note en travers de l'étrave, un fort espar  qui sert de bossoir à l'ancre. Le mât est d'une seule pièce (environ 7 mètres) avec une voile lattée. L'équipage comprend trois hommes.

Kalamba

- orth. Kalabba - Grand prao à un ou deux mâts, à double balancier des îles Mentawei et Nias (ouest de Sumatra). La coque est faite d'un tronc d'arbre creusé rehaussé de fargues. Les voiles sont en feuille de palmier.

Kalandiccis étym. du grec, chaland. - cf. tsernic.

Kalaung - syn. auang kalaung - Petit voilier gréé en goélette de Mindanao (Philippines), semblable au panco.

Kalia n.m. – orth. calié, cabié, kalice.

- Pirogue polynésienne, des îles Tonga et Wallis, à double coque de 15 à 27 mètres, copiée sur le drua fidjien. Les coques à bordages cousus, sont dissymétriques. La coque gauche est moins grande que l'autre. La cabine du calié repose sur une plate-forme portée par des baux s'appuyant sur les deux pirogues. La pirogue est amphidrome. Il lui suffit de décrocher son gouvernail et de le poser à l'autre extrémité, et de faire de même avec le point d'amurage de l'antenne. Le mât unique est emplanté sur la cabine, tenu par deux étais et des haubans et porte une voile latine bômée.

Kalipoulo

– Grande pirogue à balancier des îles Trobriand (Papouaisie) avec une douzaine de bras pour le flotteur sur lesquels repose une grande plateforme. Le flotteur long et lourd est assez rapproché de la coque. On trouve parfois une voile de secours de type ovale traditionnel. La coque monoxyle est bordée de fargues appuyées sur six membrures liées à la partie monoxyle. La proue est sculptée. (Neyret, NEP 74, Monimo)

Kalyata

- Navire de guerre  turc  des 16e et 17e siècles de 32 à 34 m de long, avec 19 à 24 bancs de nage. Il avait un canon. Son équipage était de 220 hommes en guerre. (Bostan).

Kalmar

– Bateau de charge scandinave du 13e siècle, bordé à clins, très ventru (dimensions moyennes : L :  11 m, B : 4,5 m), portant une voile carrée.

Kamia - syn. yaka. - Pirogue à balancier des îles Australes (Polynésie).

Kanda bache kaik - Bateau de pêche turc d'une quinzaine de mètres.

Kanu - Pirogue monoxyle à balancier du sud-est de la Nouvelle-Calédonie.

Karabel

– Voilier de la mer d'Azov et de la Mer Noire, très large avec un faible franc-bord. Il est gréé en goélette, les voiles ayant une empointure carrée.

Karabion – Petite barque de pêche du lac Kastoria (Italie).

Karabos étym. du grec « karabos », écrevisse. – Bateau grec ancien à une voile.

Karaveta - étym. corruption du mot "corvette" dans l'archipel des Bismark. - cf. oanga tamo.

Karavoskaro

- Navire de transport à deux ou trois mâts de 400 à 500 tx, pour une longueur de 40 à 60 mètres. Il est apparu à la fin du 18e siècle en Grèce, et fut très répandu au 19e siècle. Il pouvait recvir toutes sortes de gréements, principalement en caravelle ou carrés. La forme de sa poupe était ovale et particulièrement difficile à construire. Il évolua par la suite pour s'adapter au transport de véhicules, ce qui obligea à abisser la hauteur de son pavois. On retrouve des karovaskos au 21e siècle, motorisés, utlisés pour la plaisance, mais leur taille a fortement diminué (de 20 à 25 m) et le dessin a varié. (CM 2880, 2016) karavoskaro

Karbase – Bateau spacieux de la rivière Bolchoy (Sibérie).

Karbass orth. karbatz.

1.     Bateau ponté du golf d'Arkhangelsk (Mer Blanche) aux extrémités identiques, courbées et renflées (dimensions moyennes : LHT: 13 m, B: 2,70 m, C: 1,70 m). Ceux qui vont en mer ont un mât implanté sur le tiers avant avec voile à livarde, alors que les karbass de rivière ont deux mâts à livarde (le mât avant est quasiment sur l'étrave) ou à voile carrée. Ce bateau est étudié pour glisser sur la glace avec deux petites quilles latérales amovibles. 2.     Certains auteurs en font un nom générique des bateaux du Yassachua, affluent de la Léna (Sibérie).

Kareket syn. panting kareket. - Pirogue à balancier de l'île Madura, utilisée pour la pêche.

Kat

syn. kiata. - Pirogue monoxyle à balancier des îles Le Maire (Nouvelle Guinée). Elle porte une voile oblongue en feuilles de palmier montée sur un espar et une sorte de bôme. La largeur au liston est inférieure à la largeur au fond de la pirogue.

Katènai - Nom que les byzantins donnaient aux bateaux de transport arabes.

Katsuo tsura syn. katsuo bune.

 – Bateau de pêche japonais construit sur le modèle des sampans avec fond plat, gouvernail profond, lignes d'avant tirées, arrière carré. Le pont est

fait de panneaux amovibles. Les formes, la voilure, et surtout les tailles, varient selon les ports.

Katsuranawa bune Sampan japonais à un mât de Hiroshima (dimensions moyennes : LHT: 10 m, B: 2,50 m, C: 0,90 m).

Kattu  – Caboteur birman à deux mâts et voiles latines.

Kaua 

- Pirogue monoxyle à balancier de Koaru (golfe de Papua). Il existe deus types. Le premier, de plus petite taille (4m de long) a des extrémités identiques en forme de dents. Le second, qui peut atteindre 13 mètres a des sculptures plus élaborées.

Kaupskip 

syn. knorr, knarr. - Sorte de drakkar utilisé par les vikings pour le transport, avec des extrémités relevées verticalement. Il marchait essentiellement à la voile.

Kavinehe nengau

- Pirogue monoxyle à balancier de l'île Tanna (Nouvelles Hébrides), avec une petite superstructure rapportée sur le tronc principal. Les coutures sont recouvertes de lattes pour les rendre plus étanches.

Kayak  n.m. - syn. kajak (1840) - étym. de l'inuit.

1.     Embarcation légère, longue et étroite utilisée par les esquimaux, percée en son milieu d'un trou dans lequel se place le pêcheur, en s'enveloppant hermétiquement d'une sorte de chemise faite avec des peaux de vessie. Les kayaks sont confectionnés en peaux de phoques tendues tout autour d'une carcasse en bois. Leur longueur est, en moyenne, de 5 à 6 mètres pour une largeur de moins de 50 cm. On retrouve le kayak sous le nom de baydarque sur la côte nord du Pacifique et sous le nom de umiak sur la côte nord-est de l'Amérique (voir ces deux noms). 2.     Les occidentaux en ont tiré une embarcation de sport semblable à celle des esquimaux, mais faite en toile au lieu de peau de phoque. kayak

Kayak de Lincoln

- Nom donné à un kayak de haute mer de l’ouest du Groeland  au 19e siècle, dont il reste un exemplaire très bien conservé dans le musée de Lincolnshire. C’est un bateau ponté, très effilé aux extrémités relevées, avec une structure en bois, un bordé en peau (dimensions moyennes : LHT: 5.35 m, B: 0.45 m). Kebang - cf. kabang.

Keel - étym. probablement du vieil allemand "keoloz", bateau.

1.     syn. keele, keyle (saxon), kjoll (bateau en islandais), kiel (danois & suédois), ceol (petit bateau en  suisse). - Nom donné autrefois par les saxons à des bateaux longs. (Warrington) 2.     syn. Norfolk Broads keel, Norfolk keel. - Chaland à voile d'origine nordique que l'on retrouve sur la Humber (Grande-Bretagne) avec un mât à voile carrée unique ou surmontée d'un hunier. La coque est large avec deux dérives latérales, l'étrave et l'étambot sont droits  (dimensions moyennes : LHT: 17 m, B: 4 m, C: 1,47 m,  tonnage : 95 t). Un gros rail autour de la poupe supportait les ceintures de sauvetage et les feux de navigation en 1840. Ce chaland était monté par un marinier et son mousse et le traditionnel chien du bord. (Duron, PP17p3, Warrington) keel de la Humber (A. Clouet)

Kesen maru - navire japonais.

kesen maru

Kelleck

- n. m. - étym. du babylonien "kalakku" - Radeau de charge, décrit par Hérodote, encore en usage sur le Tigre et sur l'Euphrate au 19e siècle. Ce radeau est fait d'un treillis de branches recouvert de planches et garni de plusieurs dizaines d'outres en peau de mouton qui augmentent sa flottabilité.

Kerror orth. queror, querror. – étym. du nom des habitants du petit port du Relecq-

Kerhuon, les "kerrors".

- Chaloupe sardinière de la rade de Brest avec le mât sur l’avant.

Ketch - n.m - pl. Ketchs, ketches – orth. quesche quaiche (n.f.) (Can. & anc. français), caïche

(17e). - trad. quèche, ketch (ang.), queche (esp. & port.).

1.     Navire généralement utilisé par les anglais, connu dès le 17e siècle encore en service au 19e siècle, à poupe carrée de 50 à 200 tonneaux et ayant une poulaine. Il avait un grand mât à hunier et perroquet, puis cacatois (au 19e) et un mât d'artimon avec perroquet de fougue. Ses voiles basses étaient carrées. Le beaupré portait deux focs et une trinquette. 2.     Cotre à tapecul et deux focs. Le mât avant est le plus grand. La barre est derrière les deux mâts. 3.     Voilier de plaisance à deux mâts avec artimon en avant de la barre (à la différence du yawl qui le mât derrière la barre).

Keulnaar orth. keulenaar, keulnar. – syn. keulsche (Cologne), sammereus (Sambre).

– Bateau que l’on rencontre sur le Rhin, l’Escaut et la Sambre. Il peut atteindre 80 m de long et possède deux mâts rabattables. Le gouvernail est très développé.

Kewo'u

– Petite pirogue à balancier des îles Trobriand (Papouaisie Nlle Guinée). Elle ne porte jamais de fargue. Cette pirogue simple est utilisée par un seul

individu. (Monimo)

Khashabah - pl. khashab

- Ce navire de l’Hadramout qui a fait son apparition au 16e siècle et qui est peut-être le premier gros boutre à tableau arabe, est l'ancêtre du

baggala. On en voit encore quelques-uns à Mukalla.

Khatirah

- Variété de sambouk yéménite, de taille plus réduite. Il n'est pas ponté sauf une petite dunette à l'arrière et porte un seul mât. Ses dimensions types sont de 13 mètres (12 à la flottaison) pour une largeur de 4 mètres et un creux de 1,5 mètre. Ce bateau semble hérité du gatira décrit par Alan Moore à Port Soudan en 1918.

Ki bune - Bateau en bois ancien du Moyen Age répandu dans tout le Japon. (Turnbull)

Kiltjiran – Petite pirogue japonaise d'estuaire, sans fargues, utilisée dans le district de Pekalongan.

Kiosque - n. m. – syn. kiosk (ang.). - Bateau de plaisance turc au 19e.

Kishti étym. du kashmiri. - Bateau à fond plat des lacs et des rivières du Cachemire. Il est propulsé par des rames.

Kistie 

– Chaland ponté à voiles, avec une cabine entre les deux mâts, naviguant sur le Gange. Il a deux mâts : un mât avant gréé avec une voile carrée et un foc, et un tapecul avec voile à livarde. Les voiles sont réalisées à partir de nattes.

Kit'ah - Ce navire est probablement d'origine indienne. Sa dernière mention dans les écrits remonte à 1552.

Kitamae bune - navire japonais à deux mâts avec une seule voile carrée par mât.

kitamae bune

Kjeks 

– Bateau à rames du Nordland (Norvège) du même type que le femboring, mais plus petit avec une longueur de 6 mètres et deux paires d'avirons. Ce bateau était utilisé pour la pêche à la main le long de la côte.

Klewe

– Pirogue aux extrémités fourchues, avec bordé latéral en planches et double balancier, de Achin (Sumatra, Indonésie). Pouvant emporter de 5 à 10 tonnes, elles faisaient le cabotage entre Singkei, Sibolga et Padang.

Klipper

1.     cf. clipper. 2.     Bateau hollandais ventru à fond plat (dimensions moyennes : L : 30,30 m, B : 5,60 m, C : 0,90 m). Il a deux mâts avec voiles auriques et flèches, une trinquette et deux focs sur bout-dehors Il y a une cabine sur l'arrière et l'avant est à guibre. Knarr cf kaupskip.
Voiliers de travail - (c) tous droits réservés 2016-2018 - contact : dossiersmarine@free.fr